8 mars en Turquie : « le gouvernement a peur des femmes »

| |

Depuis la proclamation de l’état d’urgence en juillet 2016, toute manifestation de rue est théoriquement interdite en Turquie. Pourtant, ce 8 mars, les organisations féministes ont réussi à organiser leur 16e Marche de nuit. Malgré la météo, des dizaines de milliers de femmes se sont rassemblées place Taksim, dans le centre d’Istanbul, et ont remonté l’avenue Istiklal au rythme de la darbuka et des slogans repris par la foule.

Par Selin Kaya « Le gouvernement a peur des femmes », lance malicieusement Aslı, militante féministe, tout en agitant la pancarte colorée à la bombe qu’elle a préparée et enveloppée de plastique pour la protéger de la pluie. « Non aux abus sexuels ! », peut-on y lire, un clin d’œil à la campagne de #MeToo, relayée par les femmes sur les réseaux sociaux en Turquie. Comme elle, des dizaines de milliers de femmes, toutes générations confondues, venues des quatre coins du pays, se sont rassemblées en un cortège non-mixte au cœur de la métropole stambouliote pour faire entendre la colère qu’elles taisent au quotidien. Les banderoles déployées par les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous