24 mars 1999 : le « précédent » du Kosovo au coeur de la rhétorique de guerre de la Russie

| |

C’est une référence constante dans la rhétorique du Kremlin. En 1999, l’Otan aurait violé les règles du droit international en bombardant la Yougoslavie. Depuis, Moscou utilise toujours l’argument du Kosovo pour justifier ses guerres dans le Caucase ou en Ukraine. Décryptage.

Par Jean-Arnault Dérens La propagande du Kremlin le répète à l’envi : c’est pour « prévenir un génocide contre les populations russes du Donbass » que Moscou aurait lancé son « opération militaire spéciale » contre l’Ukraine. Aucune preuve de ce prétendu « génocide » n’a jamais été apportée mais, depuis la guerre de Géorgie en 2008 et l’annexion de la Crimée en 2014, Moscou s’emploie à copier-coller les arguments avancés en 1999 par l’Otan pour justifier sa propre campagne de frappes aériennes contre la Yougoslavie de Milošević. Il y a 23 ans, le mercredi 24 mars 1999 à 20h, les premières bombes tombaient en effet sur le Kosovo, mais aussi sur des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous