Grèce : vague d’arrestations dans les milieux terroristes d’extrême-droite

| |

La police antiterroriste a arrêté onze membres d’organisations terroristes d’extrême-droite, notamment de Combat 18 Hellas, succursale grecque d’un groupe néo-nazi britannique. Ils seraient responsables d’une vingtaine d’attaques contre des associations antiracistes, des squats anarchistes, des refuges de migrants, mais aussi des Rroms.

Par Marina Rafenberg Depuis mardi, la police antiterroriste grecque s’attèle à démanteler deux organisations d’extrême-droite accusées d’avoir commis une vingtaine d’attaques contre des squats anarchistes, des lieux associatifs ou des foyers accueillant des migrants et des réfugiés. Ils seraient notamment à l’origine d’attaques contre des Rroms en mars 2017, contre le centre antifasciste de Korydallos, mais aussi de dégradations au cimetière juif de Nikaia et au monument à la mémoire de Pavlos Fyssas, le rappeur antiraciste assassiné le 18 septembre 2013 par un membre du parti néo-nazi Aube dorée, depuis poursuivi en justice. Il y a deux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous