Foot et corruption en Croatie : « convergences d’intérêts » à Zagreb

| |

Jusqu’à quand les clubs professionnels de Zagreb vont-ils être abreuvés d’argent public, au mépris de la rationalité économique et des règles de bonne gouvernance ? Les failles juridiques, le flou autour des critères d’attribution et le manque de transparence permettent aux dirigeants locaux de faire fructifier leurs intérêts. Une situation dont les conséquences se ressentent dans la vie sportive non seulement de Zagreb, mais de tout le pays.

Par Goran Đulić Le budget de la ville de Zagreb, malgré la composition politiquement hétéroclite du conseil municipal et en dépit des hésitations du HDZ à apporter son soutien au maire Milan Bandić, a finalement été adopté le 20 décembre 2016. Il s’élève à 7,5 milliards de kunas (1,01 milliards d’euros). L’un des postes budgétaires est le « financement du sport d’excellence ». En 2016, les dépenses municipales pour le sport représentaient 334,7 millions de kunas (44,93 millions d’euros) avec 59 millions de kunas (7,92 millions d’euros) pour les besoins publics (écoles, universités, infrastructures municipales, handisport, etc.) ; 90 millions de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous