Réforme constitutionnelle en Turquie : Erdoğan resserre encore les boulons

| |

Vers un régime présidentiel sur mesure pour Erdoğan ? Le projet de réforme de la constitution, qui risque d’entériner la fin de la séparation des pouvoirs, a été voté par le Parlement samedi 21 janvier. Prochaine et dernière étape : un référendum au printemps prochain. Dans un contexte d’état d’urgence permanent où la liberté de la presse n’existe plus, l’opposition peine à se faire entendre.

Par Selin Kaya « Les conditions ne sont absolument pas réunies pour un réforme de cette ampleur », a martelé le député du Parti républicain du peuple (CHP), Sezgin Tanrıkulu, fin décembre. Rien n’y a fait. Ce 21 janvier, malgré un contexte intérieur extrêmement tendu depuis la tentative du coup d’État de juillet et des dénonciations de dérives autoritaires, le Parti de la justice et du développement (AKP) a réussi à faire voter par le parlement avec 339 voix les 18 chapitres du projet de révision constitutionnelle. Le ralliement du dirigeant du Parti d’action nationaliste (MHP), Devlet Bahçeli, a rendu l’adoption possible. Les deux semaines de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous