Macédoine : népotisme et amateurisme au ministère de l’(in)Culture

| |

Pour un artiste ou un écrivain de Macédoine, c’est un véritable défi d’obtenir un soutien et un financement du ministère de la Culture, tant le clientélisme et l’amateurisme deviennent la règle générale. Alors que le programme annuel du ministère pour 2017 vient d’être rendu public, les créateurs sonnent l’alarme et crient leur colère.

Par Ljupčo Jolevski Nenad Stevović, des éditions ILI-ILI, raconte son étonnement après avoir découvert qu’aucun des auteurs publiés par sa maison n’avait été retenu au concours des publications d’intérêt national du ministère de la Culture. Cela lui parait invraisemblable, alors que nombre de jeunes artistes se sont affirmés grâce à ILI ILI. « J’estime qu’il s’agit d’une forme d’épreuve de force malveillante avec la jeunesse talentueuse de Macédoine, avec des auteurs prometteurs, qui pensent par eux-mêmes, qui sont différents mais qui ne plaisent pas à ceux qui ont le pouvoir décisionnaire », s’indigne t-il. Le poète Tihomir Jančovski souligne que (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous