Macédoine : entre Moscou et Washington, Gruevski brûle ses dernières cartouches géopolitiques

| |

Nikola Gruevski, incapable de former un gouvernement après les élections du 11 décembre, est prêt à tout pour essayer de sauver son pouvoir. Sa dernière carte est celle du soutien de plus en plus marqué de Moscou, même si le VMRO-DPMNE paye (fort cher) des régiments de lobbyistes aux États-Unis. Décryptage.

Propos recueillis par Jaklina Naumovski Ancien ambassadeur de Macédoine, professeur de Sciences politiques à l’Université de Skopje, Gjorgji Spasov analyse l’actualité sur son blog. Le Courrier des Balkans (C.d.B.) : Comment expliquez-vous les récentes frictions entre le VMRO-DPMNE et Jess Baily, l’ambassadeur américain à Skopje ? Les États-Unis tournent-ils le dos à Nikola Gruevski ? Gjorgji Spasov (G.S.) : Nikola Gruevski a longtemps fait figure de favori des États-Unis : à son arrivée au pouvoir en 2006, il promettait d’importantes réformes économiques et l’adhésion du pays à l’Otan et à l’UE. Or, le veto opposé par la Grèce à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous