Violence policière à Idomeni : la frontière de la honte

| |

La marmite a fini par exploser : les heurts à la frontière gréco-macédonienne ce dimanche ont fait au moins 260 blessés, dont des enfants. « Cette crise humanitaire absurde, créée par la politique des États européens, est chaque jour de plus en plus insoutenable », dénonce Médecins sans frontières.

(Avec Are You Syrious et agences) — À Idomeni, la situation est intenable, désespérée : plus de 11 000 personnes, dont un tiers d’enfants, beaucoup affamés, campent depuis un mois et demi dans ce camp sordide, suite au verrouillage de la « route des Balkans » fin février. Selon le gouvernement grec, on compte aujourd’hui 29 000 migrants « en transit » dans le nord de la Grèce et 53 000 dans tout le pays. Les îles et le port du Pirée sont congestionnés. Samedi 9 avril, une embarcation en plastique de 3,5 mètres, avec onze migrants à bord, a chaviré. Les gardes-côtes grecs ont confirmé que cinq personnes ont perdu la vie : quatre femmes et un enfant. Leur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous