Croatie : mais qui sont donc les « traîtres à la patrie » ?

| |

Le gouvernement croate va-t-il établir une liste des « traîtres à la patrie » ? C’est en tout cas ce que réclame Mijo Crnoja, le nouveau ministre des Anciens combattants. La société civile se mobilise, et des milliers de citoyens choisissent de « s’auto-dénoncer »... Le cabinet Orešković compte déjà un ministre de la Culture révisionniste. Vous avez dit « centre droit » ?

Par Laetitia Moreni Dans son programme, Mijo Crnjo, lieutenant-colonel à la retraite, dont la candidature ministérielle a été proposé par la Communauté démocratique croate (HDZ, droite nationaliste), veut créer trois registres pour « mettre de l’ordre » dans la société croate : en plus de punir les traîtres, le ministre imagine aussi une liste des « agresseurs de la République de Croatie » et une autre qui recenserait les « privatisations illégales des entreprises d’Etat ». Tout ceci serait une opération de lustracija, de « lustration ». L’ensemble du projet du ministre Crnoja fait référence aux événements survenus au cours de la guerre des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous