TPIY : acquittement de Vojislav Šešelj, l’onde de choc régionale

| |

L’annonce de l’acquittement de Vojislav Šešelj suscite la colère de Zagreb et de Sarajevo. Au contraire, à Banja Luka, la capitale de l’entité serbe de Bosnie-Herzégovine, on se réjouit. Vingt ans après la guerre, le TPIY ne contribue pas à refermer les plaies du passé. Des provocations ont éclaté à Srebrenica.

Par Rodolfo Toè et Laëtitia Moreni La Croatie s’indigne de l’annonce de l’acquittement de Vojislav Šešelj par le TPIY. « Ce verdict est une honte. C’est une défaite pour le tribunal de La Haye », a déclaré le Premier ministre croate Tihomir Orešković en visite à Vukovar, où il a déposé des gerbes en mémoire des victimes de la ville martyre du début des guerres yougoslaves. « Cet acquittement me laisse sans voix », a déclaré de son côté Vesna Bosanac, la directrice de hôpital de Vukovar, là où les forces de la JNA et les miliciens serbes enlevèrent les malades, blessés et civils qui furent exécutés à Ovčara. « La seule chose qui l’attend maintenant est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous