Crise politique en Croatie : exit Tomislav Karamarko, le chef du HDZ

| |

Oui, Tomislav Karamarko s’est bien rendu coupable d’un conflit d’intérêt. Acculé par l’avis de la Commission parlementaire, le chef du HDZ a démissionné mercredi après-midi de sa fonction de vice-Premier ministre. Pour autant, le HDZ ne renonce pas à sa motion de censure contre Tihomir Orešković. Et l’opposition réclame toujours de nouvelles élections.

Par Laetitia Moreni Tomislav Karamarko, le président de l’Union démocratique croate (HDZ), a démissionné de son poste de vice-Premier ministre. Le chef du parti conservateur, a finalement succombé à la pression de l’opinion publique et à celle des membres de son propre parti. Depuis des semaines, il était accusé d’un conflit d’intérêts, après que l’hebdomadaire Nacional a révélé que sa femme, Ana Šarić Karamarko, avait reçu 60 000 euros de la part de Josip Petrović, un lobbyiste de la société énergétique hongroise MOL. Une affaire qui avait fait beaucoup de bruit étant donné que la Croatie et le groupe pétrolier hongrois MOL ont un différend autour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous