Réfugiés : les peurs et les rumeurs de la « Slovénie profonde »

| |

227 demandes d’asile ont été déposées l’an dernier en Slovénie, qui reste avant tout un pays de transit sur la « route des Balkans ». Pourtant, à travers tout le pays, manifestations de peur et de rejet se multiplient. Des craintes naturellement exploitées par l’opposition de droite.

Par Charles Nonne Six réfugiés de moins de quinze ans devaient être temporairement hébergés dans une résidence lycéenne de Kranj, une ancienne ville industrielle située au nord de Ljubljana. Avant même qu’une décision définitive n’ait été prise, les professeurs ont signé une pétition contre l’arrivée des jeunes réfugiés et les parents d’élèves ont menacé de désinscrire leurs enfants. La proviseure, Judita Nahtigal, a finalement abandonné ce projet, tout en fustigeant les limites de la « solidarité à distance ». Le 20 février, à Šenčur, à quelques kilomètres de Ljubljana, des milliers de manifestants se sont opposés à la transformation d’un ancien (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous