Amnesty International : l’UE doit aider 46 000 réfugiés et migrants en Grèce

| |

À l’heure où les regards se portent sur la mise en œuvre de l’accord récemment conclu entre l’Union européenne (UE) et la Turquie, la situation de plus de 46 000 personnes réfugiées et migrantes bloquées dans des conditions déplorables en Grèce continentale risque d’être oubliée, écrit Amnesty International dans un rapport qui sera rendu public lundi 18 avril.

Ce rapport, intitulé Trapped in Greece : an avoidable refugee crisis, examine la situation de personnes réfugiées ou migrantes — des femmes et des enfants pour la plupart — bloquées en Grèce continentale depuis la fermeture complète de la frontière macédonienne le 7 mars. « La décision de fermer l’itinéraire passant par les Balkans occidentaux a laissé plus de 46 000 personnes livrées à elles-mêmes dans des conditions choquantes et dans un état de peur et d’incertitude constantes », a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International. « Les États de l’UE n’ont fait qu’exacerber la crise en s’abstenant d’agir de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous