Fermeture de la route des Balkans : l’espoir tenace des réfugiés d’Idomeni

|

Depuis mardi soir minuit, la Slovénie a fermé sa frontière, coupant de fait la route des Balkans. Les 13 000 réfugiés qui s’entassant à Idomeni, sur la frontière gréco-macédonienne, gardent malgré tout espoir et se méfient des nouvelles routes qui pourraient passer par l’Albanie. Reportage.

Par Julia Druelle La nouvelle est tombée mardi soir. La Slovénie n’accepte désormais plus que les réfugiés souhaitant y déposer une demande d’asile et les personnes munies d’un visa Schengen adéquat, fermant de fait la route des Balkans. La Serbie lui a immédiatement emboité le pas. La veille pourtant, les pays de l’Union Européenne et la Turquie, réunis en sommet extraordinaire à Bruxelles, n’avaient pas trouvé de consensus sur la fermeture de cet axe majeur. Dans les faits, la nouvelle change peu de chose à Idomeni, la frontière gréco-macédonienne étant quasiment close depuis plus de deux semaines. Alors que plus de 13 000 personnes s’y (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous