Drogues : le procès Kelmendi et les filières pan-balkaniques de l’héroïne

| |

Le procès de Naser Kelmendi se poursuit à Pristina, après le témoignage du magnat des médias de Bosnie-Herzégovine, Fahrudin Radončić, ancien ministre, ami de l’accusé et proche du clan Izetbegović. Le témoin protégé « K1 » a ainsi décrit comment l’héroïne était acheminée de Turquie vers l’Europe de l’Ouest, en passant par le Kosovo et la Bosnie-Herzégovine.

« K1 », témoin protégé, membre du groupe de Naser Kelmendi, a parlé lundi au tribunal de Pristina contre son ancien patron. L’héroïne, a-t-il déclaré, voyageait depuis la Turquie, la Bulgarie et la Macédoine vers la Bosnie-Herzégovine, pays depuis lequel elle était envoyée dans différents États européens. « L’héroïne était pressée comme des biscuits, placée dans des sacs en nylon, et transportée en camion, cachée dans des citernes d’essence », a rapporté « K1 ». « L’héroïne de mauvaise qualité était envoyée en Suisse, la plus pure en Angleterre. » Naser Kelmendi est décrit comme le « big boss » du réseau. Son frère Rexhep Kelmendi « Xheko », tué à Peć/Peja, au Kosovo, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous