Orthodoxie : l’unité est un combat

| |

Cela devait être des retrouvailles historiques, les premières depuis le Concile de Nicée II, en... 787 ! Le « Grand et Saint Concile » pan-orthodoxe s’est ouvert dimanche en Crête, mais quatre Eglises font défaut : les Bulgares, les Géorgiens, les Russes et le Patriarcat d’Antioche. Après avoir fait planer le doute, l’Eglise serbe est finalement présente.

Par Jean-Arnault Dérens Le Concile était en préparation depuis cinquante ans, et Bartholomée Ier, le patriarche oecuménique de Constantinople espérait bien réunir autour de lui les quatorze Eglises autocéphales, qui regroupent quelque 250 millions d’orthodoxes à travers le monde. Alors qu’en janvier dernier, le des évêques avait approuvé la convocation du Concile, les défections se sont multipliées depuis deux semaines. L’Église bulgare a été la première à annoncer son boycott du Concile, dès le début du mois de juin, aussitôt suivie par l’Église géorgienne, l’une des plus conservatrices, qui ne fait pas mystère de son opposition résolue à toute (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous