Monténégro : une « recomposition politique » sur mesure

| |

Avec l’élection de Darko Pajović, le dirigeant de Pozitivna Crna Gora, à la présidence du Parlement, Milo Đukanović achève la « recomposition » de la scène politique monténégrine, après l’entrée de trois formations d’opposition au gouvernement. Les contestataires demandent à Darko Pajović de donner le prix de son « reniement ».

Par la rédaction Darko Pajović a été élu, dans la nuit de mardi à mercredi, grâce aux voix des députés du Parti démocratique des socialistes (DPS), de sa propre formation et des partis représentant les Bosniaques, les Croates et les Albanais, soit une majorité très étriquée de 42 voix sur 81. Pozitivna Crna Gora (PCG) a vu le jour il y a quatre ans. Le mouvement, jusque là classé dans l’opposition, est devenu l’un des acteurs centraux de la scène politique monténégrine à la fin janvier quand ses membres ont voté la confiance au gouvernement de Milo Đukanović, menacé par une motion de censure. L’élection de Darko Pajović est le résultat de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous