Médias au Kosovo : nouvelle attaque à la bombe contre la RTK

| | |

Une bombe a explosé dimanche soir près de la maison du directeur de la Radio-télévision publique du Kosovo (RTK). Cette nouvelle attaque a lieu dans un contexte politique tendu, à quelques jours d’une rentrée parlementaire qui s’annonce houleuse.

Cet article est accessible gratuitement pour une durée limitée. Pour accéder aux autres articles du Courrier des Balkans, abonnez-vous !

S'abonner

Par Hysni Bajraktari

La grenade a explosé dimanche vers 22 heures, derrière la maison du directeur général de la RTK, Mentor Shala, a confirmé la police du Kosovo. « L’explosion était assez forte et tout le quartier a tremblé. Nous étions en famille. Heureusement, personne n’a été blessé », a déclaré Mentor Shala.

Les associations des journalistes, institutions et partis politiques du Kosovo ont unanimement condamné l’attaque. Le Bureau de liaison européen à Pristina a exprimé son « inquiétude face au cycle de violences au Kosovo qui devient chaque jour plus grave. Nous appelons les institutions et les politiciens à contribuer à l’apaisement des tensions ».

L’attaque contre le directeur de la télévision publique kosovare a eu lieu alors que le gouvernement et l’opposition s’écharpent sur la ratification de l’accord de démarcation de la frontière entre le Kosovo et le Monténégro. La majorité peine à assurer le nombre nécessaire de voix, tandis que le principal parti d’opposition, Vetëvendosje, a invité les citoyens à protester dans la rue. Deux autres partis d’opposition, AAK et Nisma, s’opposent également à la version actuelle de l’accord.

Une organisation fantôme et peu crédible, Rugovasit (du nom des montagnes de Rugova entre le Monténégro et le Kosovo), a revendiqué l’attaque sur Internet, exigeant la démission de Mentor Shala « en raison de la propagande pro-gouvernementale sur la question de la démarcation de la frontière ».

La direction de la RTK a (in)directement accusé Vetëvendosje et son « langage de la haine ». Le parti a riposté en condamnant l’attaque : « Les bombes ne contribuent pas à notre cause et nous n’avons jamais agi de nuit, en l’absence des médias. C’est à la direction de la RTK de se justifier du détournement de millions d’euros et de la transformation de la RTK en porte-parole du gouvernement ». La semaine dernière, une autre grenade avait explosé à proximité de la télévision.


© Simon Lenormand / CdB
Cet article est produit en partenariat avec l’Osservatorio Balcani e Caucaso pour le Centre européen pour la liberté de la presse et des médias (ECPMF), cofondé par la Commission européenne. Le contenu de cette publication est l’unique responsabilité du Courrier des Balkans et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant le point de vue de l’Union européenne.