La Grèce et les réfugiés : quatre hotspots prêts à fonctionner sur les îles

| |

Chios, Leros, Samos, Lesbos… Quatre des cinq hotspots prévus par l’Union européenne, sont désormais prêts à fonctionner sur les îles grecques, a annoncé le ministre de la Défense, Panos Kammenos, mardi 16 février. Le dernier hotspot, celui de Kos, devrait être effectif d’ici cinq jours. Ces structures doivent permettre de faire le tri entre les migrants dits « économiques » et les candidats potentiels à l’asile.

Par Elisa Perrigueur Jusqu’alors, les migrants étaient partiellement enregistrés dans les camps grecs de ces îles proches de la Turquie. Les noms et empreintes digitales étaient collectés. Ces hotspots ont pour objectif supplémentaire de distinguer les migrants « économiques » de ceux qui peuvent déposer une demande d’asile en Europe. Ces derniers sont pour la plupart les Syriens, les Afghans et les Irakiens qui fuient les conflits. Les hotspots pourront accueillir ces personnes, leur octroyer des soins médicaux en cas de besoin. L’objectif, a insisté le ministre, sera de transférer dans un délais de 48 heures ces migrants vers la Grèce (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous