Grèce : le chauffage au bois, une catastrophe écologique et sanitaire

| |

À Thessalonique, les hivers sont froids et, à cause de la crise, les Grecs choisissent le bois, moyen de chauffage le moins coûteux, mais important facteur de pollution. Des études scientifiques estiment que 200 décès supplémentaires sont causés chaque année par les particules fines dans la métropole du nord de la Grèce.

Par Marina Rafenberg D’après des chercheurs de l’Université Aristote de Thessalonique, la deuxième ville de Grèce, le chauffage au bois dans les grands centres urbains a des conséquences importantes et durables sur la santé des citadins et pèse sur le déficit de la sécurité sociale. « Entre octobre et avril 2012 et 2013, 34 % des particules en suspension dans l’air dans les principales villes grecques résultaient de la combustion de biomasse », explique au quotidien de centre-droite Kathimerini Dimosthène Sarigiannis, membre du laboratoire en charge de l’étude. « Mais les jours de grands froids, quand le thermomètre tombe en dessous de 10° (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous