Kosovo : crimes de guerre de l’UÇK, pas d’immunité pour Hashim Thaçi

|

Malgré son élection - contestée - à la présidence du Kosovo, Hashim Thaçi n’échappera pas à une possible inculpation par le Tribunal spécial chargé de juger les crimes de guerre de l’UÇK.

(Avec BIRN) Le procureur en chef du Tribunal spécial pour les crimes de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK), David Schwendiman, a déclaré au média anglophone BIRN qu’aucune fonction au sein de l’exécutif du Kosovo ne donnait droit à l’immunité. Des propos qui concernent en premier lieu Hashim Thaçi, qui vient d’être élu Président de la République. « Selon le droit international, il n’existe aucune amnistie pour qui que ce soit ayant violé les lois humanitaires internationales », explique David Schwendiman. « C’est écrit noir sur blanc. » Avant de prendre la direction du Tribunal spécial pour les crimes de l’UÇK, le magistrat américain était à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous