Bulgarie : que faire des anciens agents communistes de la sécurité d’État ?

| |

« Un employé de l’administration bulgare sur dix est un ancien fonctionnaire de la Sécurité d’État », a déclaré le Président Plevneliev. Doit-on rendre publics les dossiers des anciens agents secrets du régime communiste ? Le Parti socialiste s’y oppose. Mais la question agite la société bulgare.

Par Jaklina Naumovski (Avec Deutsche Welle) — Les déclarations du Président bulgare, Rosen Plevneliev, qui a affirmé que plus de 10 800 fonctionnaires de l’administration publique, soit 10 % des effectifs, étaient d’anciens agents du Comité pour la sécurité d’État ont remis sur la table la difficile question de la « lustration » de ces anciens agents. Depuis 2006, la Commission des dossiers a effectué un travail de recensement méticuleux et rendu public un grand nombre de dossiers de collaborateurs de l’ancien régime, sans pour autant divulguer leur identité. Or, le Parti socialiste bulgare (BSP) a prévu de dissoudre cette Commission et des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous