Monténégro : à Budva, le « repos éternel » est un luxe

| |

Quelle galère que de mourir à Budva ! Dans la capitale du tourisme monténégrin, les concessions funéraires coûtent 4 800 euros, et l’unique cimetière se trouve en plein centre de la ville, entouré d’immeubles.

Par Jasna Vukićević Mourir dans la « capitale du tourisme monténégrin » n’est décidément pas de tout repos : les tombes sont entourées d’immeubles d’habitation et, il y a encore très peu de temps, elles étaient facturées deux fois plus cher pour les acquéreurs qui n’étaient pas résidents permanents de Budva. Dans une ville confrontée à un afflux incessant de population, cette double tarification était, pour les autorités locales, une manière d’essayer de conserver suffisamment d’espace pour enterrer les locaux. Une tactique efficace : au cours des sept dernières années, selon les données des services funéraires de la ville, aucun étranger ou citoyen (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous