Le Courrier de la Bosnie-Herzégovine

Bosnie : la Cour suprême relaxe Ejup Ganić et Jovan Divjak pour l’affaire de la rue Dobrovoljačka

|

La Cour suprême de Bosnie-Herzégovine a définitivement levé toutes les accusations pesant sur 14 personnes pour l’attaque du convoi de la JNA dans la rue Dobrovoljačka de Sarajevo, mais demande une poursuite de l’enquête en reconnaissant qu’existe bien le soupçon qu’a été commis un crime de guerre. Ejup Ganić et Jovan Divjak sont lavés des charges pesant sur eux. Cet arrêt de la Cour suprême est vivement contesté en Republika Srpska.

(Avec Sarajevo-x, B92) - Le 3 mai 1992, un convoi de l’Armée populaire yougoslave est attaqué dans la rue Dobrovoljačka, alors qu’il est en train de quitter Sarajevo, déjà assiégée. 42 soldats sont tués. La Cour suprême de Bosnie-Herzégovine a conclu que les 14 personnes inculpées n’avaient aucune responsabilité dans ce crime. Elle a toutefois annoncé qu’elle allait poursuivre l’enquête, car existe bien « le soupçon qu’un crime de guerre a été commis, puisque le feu a été ouvert sur les victimes, alors qu’elles n’étaient plus elles-mêmes en état de répondre, ou se trouvaient même déjà à l’intérieur de l’ambulance ». L’enquête doit notamment porter sur le sort (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous