Monténégro : l’affaire Jovo Martinović, ou le procès du journalisme indépendant

| |

Ce procès est une tentative visant à intimider tous les journalistes du pays, et les autorités monténégrines sont restées sourdes aux appels internationaux. Milka Tadić Mijović, directrice du Centre du journalisme d’investigation(CIN), a assisté aux dernières audiences du procès de Jovo Martinović, détenu depuis quatorze mois.

Par Milka Tadić Mijović Inquiétude et détermination. Jeudi, j’étais présente au tribunal, lorsque notre collègue Jovo Martinović a exposé sa défense. Il semblait calme et convaincant, bien que son visage fût très pâle. Cela fait un an et deux mois qu’il se trouve en détention, sans avoir obtenu le droit de se défendre en liberté, droit accordé à d’autres suspects impliqués dans ce même procès. Je suis allée plusieurs fois rendre visite à Jovo en prison, que je connais depuis les années difficiles de la fin des années 1990, lorsqu’il amenait à la rédaction de Monitor des journalistes des médias les plus connus du monde, avec lesquels il réalisait de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous