Tourisme en Croatie : ces investissements fantômes qui siphonnent les caisses de l’État

| |

Le projet devait être pharaonique et permettre des centaines d’embauches en Istrie, mais plus d’une décennie après sa création, l’entreprise publique Riviera Brijuni n’a fait que vider les caisses de l’État croate. Retour sur un fiasco touristique qui fait couler beaucoup d’encre.

Par Maša Jerin Treize ans après sa création, la Riviera Brijuni n’a rempli aucun de ses objectifs. D’après ses statuts de 2003, l’entreprise publique régionale devait « ouvrir un complexe touristique de luxe, en accord avec les principes du développement durable » et « créer de nouveaux emplois ». Ce programme, lancé par Ivan Jakovčić, « patron » de la Diète démocratique d’Istrie (IDS, régionalistes) et župan de la région, et par ses collaborateurs, prévoyait la construction, sur la zone militaire abandonnée faisant face aux îles Brijuni, sur une bande côtière longue de 24 km, d’appartements, d’un terrain de golfe, d’hôtels de luxe et d’une marina. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous