L’avenir de la Bosnie passe par l’éducation : voyage au cœur du labyrinthe éducatif

| |

Programmes et manuels scolaires distincts, ségrégation ethnique dans les communes où se maintient la règle « deux écoles sous le même toit » : l’école ne va pas mieux en Bosnie-Herzégovine. L’éducation est pourtant reconnue comme un secteur prioritaire, mais toute réforme se perd dans le labyrinthe administratif des bureaucraties bosniaques...

Par Marion Salines Un jour de mars à l’école primaire de Solina, petit village près de Tuzla, dans le nord-est de la Bosnie-Herzégovine : dans la cour de récréation, les enfants se livrent à une joyeuse bataille de boules de neige, avant que la sonnerie ne retentisse, invitant petits Serbes, Croates et Bosniaques à rejoindre les mêmes salles de cours, loin des tensions ethniques qui déchirent encore la Bosnie, dix ans après la signature des accords de paix de Dayton. Si on lui demande pourquoi la situation est si harmonieuse dans la région de Tuzla, l’une des rares villes du pays dirigée par un maire non nationaliste, le vieux directeur de l’école (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous