Justice en Albanie : empoignades entre l’ambassadeur américain et le Procureur général de Tirana

| |

La mise en œuvre de la réforme de la justice adoptée l’été dernier commence sous haute tension. Les récentes critiques de l’ambassadeur américain contre les réticences de certains magistrats ont été très mal reçues par le Procureur général de Tirana. Qui semble lui aussi gagné par l’obsession du « complot Soros », devenue la contre-attaque de prédilection de nombreux dirigeants de la région mis en cause pour corruption.

Par Louis Seiller L’Albanie est en pleine construction de ses nouvelles institutions judiciaires et les procédures de nomination des juges et procureurs ont commencé. Ces évolutions sont surveillées de près par ses principaux partenaires, Union européenne et États-Unis en tête. Ces derniers, qui ont régulièrement pointé l’ampleur de la corruption dans le système judiciaire actuel, ne semblent pas vouloir relâcher la pression sur les dirigeants du pays. En témoignent les récents commentaires de l’ambassadeur américain Donald Lu visant le Procureur général de Tirana, Adriatik Llalla. Donald Lu a publiquement accusé Adriatik Llalla de chercher à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous