Grèce : une dette « intenable » et le cercle vicieux de l’austérité qui empêche la reprise

| |

C’est ce lundi que le Fonds monétaire international doit présenter à Bruxelles son rapport sur la dette grecque. Le FMI répète que la dette grecque, qui pèse aujourd’hui 180% du PIB, est « intenable » et que des mesures d’allégement sont donc indispensables, une position contestée par les créanciers européens. La Grèce ne sort pas du cercle vicieux de l’austérité, qui empêche la reprise de l’activité. Le point de vue de trois économistes grecs.

Propos recueillis par Marina Rafenberg Kostas Melas est professeur d’économie à l’Université Panteio d’Athènes, Spiros Lapatsioras est professeur d’économie à l’Université de Crète, Gabriel Colletis est professeur à l’Université Toulouse 1-Capitole. Il a participé à l’élaboration du programme économique de Syriza. Une ébauche du nouveau plan d’aide à la Grèce sera présentée ce lundi à Bruxelles, avant la réunion européenne du 22 février. Le Courrier des Balkans (C.d.B.) : Le FMI continuera-t-il à financer le programme grec s’il n’y a pas un accord sur un allégement de la dette ? Kostas Melas (K.M.) : À mon avis, le FMI ne va pas participer au troisième (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous