Serbie : 12 mars 2003, Zoran Đinđić était assassiné

Le 12 mars 2003 à 12h25, le Premier ministre Zoran Đinđić était tué d’une balle en plein cœur. Ses assassins, un groupe lié au crime organisé, ont rapidement été confondus, mais les commanditaires politiques, eux, n’ont jamais été identifiés. Réformateur, européen convaincu, apprécié des élites occidentales, le « Kennedy serbe » avait de quoi déranger dans la Serbie post-Milošević. Sa disparition aura été un coup dur pour la démocratie serbe alors balbutiante et pour tout un peuple qui reprenait espoir après les noires années 1990.

Zoran Đinđić (1952-2003) Né 1er août 1952 à Bosanski Šamac, Zoran Đinđić était philosophe de formation avant de se lancer en politique. Opposant farouche de Slobodan Milošević, il remporte la mairie de Belgrade en 1997 à la tête de la coalition Zajedno (Ensemble) et devient le 25 janvier 2001 le Premier chef de gouvernement démocratiquement élu de la Serbie indépendante. À peine rentré en Yougoslavie, il avait été l’un des fondateurs du Parti démocratique (DS) en 1990. Souvent considéré comme le Kennedy serbe, Zoran Đinđić était un réformateur, européen convaincu. En septembre 1999, le magazine le citait comme l’un des hommes politiques les plus importants du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous