Roumanie-Moldavie : gel, dégel et regel des relations bilatérales

« Je t’aime, moi non plus »... Les relations entre Chişinău et Bucarest varient au gré des vents géopolitiques et des gouvernements des deux pays. Après une décennie 2000 pleine de frictions, un réchauffement diplomatique s’était installé avec déclarations d’amour, accords frontaliers, renforcement des liens économiques et politiques, et la destruction des derniers vestiges de l’Union soviétique. Mais l’élection d’un président pro-russe à la tête de la Moldavie en novembre 2016 met à mal le « rêve de réunification » qui continue d’être agité par les nationalistes roumains.

Ce qui a changé depuis 2009 : Visas : suppression du régime des visas pour les Roumains se rendant en Moldavie. Un accord facilite la libre circulation des personnes habitant à proximité de la frontière moldo-roumaine. De nouveaux consulats devraient ouvrir à Bălţi et Cahul, d’un côté, et dans la ville de Iaşi, de l’autre. La Roumanie a également promis de faciliter l’octroi de la nationalité roumaine, alors que 800.000 Moldaves ont déposé une demande de naturalisation. Communisme : début des opérations visant à retirer les 360 kilomètres de fils barbelés qui séparent la Roumanie de la Moldavie, l’un des derniers vestiges de l’Union soviétique. Le Parti (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous