Syriza, l’austérité et les espoirs déçus de la Grèce

Lors des législatives anticipées du 20 septembre 2015, Aléxis Tsípras remportait haut la main son pari : renforcer Syriza, fragilisée par l’issue du bras de fer avec l’Union européenne et l’accord d’aide, à l’avantage de Bruxelles, paraphé par Athènes en juillet. Débarrassé de son aile gauche, qui n’a pas même réussi à entrer au Parlement, le chef de Syriza a recentré sa politique vers une orientation plus sociale-démocrate, toujours en coalition avec les Grecs indépendants, la droite anti-austérité. Loin de ses engagements de campagne, Aléxis Tsípras n’hésite plus à privatiser à tour de bras, comme ses prédécesseurs. Et la grogne sociale reprend de plus belle.

À découvrir sur notre Boutique en ligne : Sauvons-nous de nos sauveurs. Un livre de Slavoj Žižek & Srećko Horvat. Préface d’Alexis Tsipras Textes traduits de l’anglais par Séverine Weiss, Paris, Lignes, septembre 2013, 176 pages, 14 euros. Résultats des élections du 20 septembre 2015 : Syriza : 35,5% et 145 sièges (sur 300) Nouvelle démocratie : 28% et 75 sièges Aube dorée : 7% et 18 sièges PaSoK : 6,3% et 17 sièges KKE : 5,5% et 15 sièges To Potami : 4% et 11 sièges Grecs indépendants : 3,7% et 10 sièges Repères chronologiques : 1er janvier 1981 : la Grèce adhère à l’Union européenne1er janvier 2001 : la Grèce entre dans la zone euro6 (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous