TPIY : après l’acquittement de Šešelj, le choc

En procès depuis le mars 2003, autorisé à revenir en Serbie en novembre 2014 pour « raisons de santé », Vojislav Šešelj sera enfin jugé le 31 mars 2016. Le « voïvode des tchétniks », chef historique de l’extrême droite nationaliste serbe, encourt 28 ans de prison. Mais il n’a aucune intention de revenir à La Haye... L’histoire d’un procès-fleuve, où la justice internationale n’a pas brillé.

Chronologie 11 octobre 1954 : naissance à Sarajevo. Son père Nikola a combattu comme Partisan pendant la Seconde Guerre mondiale. 1979 : docteur en droit de l’Université de Belgrade. Le sujet de sa thèse est « Bases politiques profondes du militarisme et du fascisme ». Décembre 1981 : exclu de la Ligue des communistes de Yougoslavie. 1984 : condamné à huit ans de prison pour « activités contre-révolutionnaires », il purge sa peine, réduite à un an et neuf mois, dans les prisons de Sarajevo et de Zenica. 1989 : nommé « voïvode des Tchetniks » aux États-unis par le pope Momčilo Đujić, un chef tchetnik durant la Seconde Guerre mondiale. Vojislav (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous