Croatie : les culs-bénits à l’assaut de la radio-télévision publique

| | |

Pour décrocher un bon job à la radio-télévision croate (HRT), mieux vaut prendre sa carte à la Société des journalistes et publicistes croates (HNiP), le très conservateur syndicat de la presse, qui ne cache pas ses sympathies pro-oustachies.

Par Ivana Perić Il est bien connu que les partis une fois au pouvoir considèrent la Radio-télévision croate (HRT) comme leur butin. Tous les quatre ans, limogeages, remaniements, suppressions d’émissions et changements de ligne éditoriale sont organisés. Or, les récentes évolutions au sein de la HRT menacent désormais l’État de droit et remettent en question le consensus social, au-delà des désaccords idéologiques. La HRT est loin d’être une exception : ce n’est qu’une entreprise publique comme les autres. Devrions-nous accepter que le service que nous finançons est une cause perdue, éternellement soumis à l’influence des hommes de pouvoir ? (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous