Xavier Bougarel et Nathalie Clayer (dir.)

Le nouvel islam balkanique. Les musulmans, acteurs du post-communisme 1990-2000

|

Une approche optimiste a toujours salué « l’islam différent », libéral et tolérant, qui serait pratiqué dans les Balkans, dénonçant comme propagande serbe ou croate - bien souvent à juste titre, d’ailleurs - les diatribes stigmatisant un « péril fondamentaliste ». L’islam, pratiqué en Bosnie-Herzégovine et dans le Sandjak de Novi Pazar, archi-majoritaire parmi les Albanais, et comptant d’importantes communautés de fidèles en Bulgarie (Turcs et slaves islamisés – les Pomaks) et en Grèce, sans oublier le peuple transfrontalier que représentent les Roms, constitue, dans les Balkans, un héritage direct de l’Empire ottoman.


La pratique religieuse est faible, en partie en raison du récent passé communiste de la plupart des pays balkaniques, et l’image de « musulmans » mangeant du porc et buvant de l’alcool est loin d’être dépassée. Pourtant, certains réseaux islamistes mondiaux ont voulu interpréter la guerre de Bosnie comme un nouveau jihad et ont réussi à s’implanter durablement dans ce pays, bénéficiant du soutien ouvert des dirigeants musulmans proches de l’ancien Président Alija Izetbegovic. Les carences de l’Etat en Bosnie comme en Albanie ou au Kosovo permettent à ces pays de représenter de véritables sanctuaires pour ce type de réseaux.


L’ouvrage dirigé par Xavier Bougarel et Nathalie Clayer parvient à présenter de manière simple et argumentée les spécificités historiques de l’islam balkanique, tout en réfléchissant sur la question centrale qui est celle de la réception du discours religieux par des sociétés en transition. À défaut d’être le terrain d’un nouveau jihad, les Balkans pourraient bien se révéler terre de mission pour les acteurs d’une réislamisation en profondeur, à l’œuvre dans le monde albanais aussi bien qu’en Bosnie. Il n’existe pas à court terme de « péril islamiste » dans les Balkans, mais les contours d’un « islam européen » restent largement à inventer, comme le note Xavier Bougarel, soulignant que sa formulation « dépendra autant de la capacité des musulmans à trouver leur place dans la nouvelle Europe que de celle des Européens à la leur reconnaître ».


Les auteurs associent une parfaite connaissance de la péninsule balkanique et de son histoire à celle du monde musulman et de la nébuleuse islamiste. Qu’il s’agisse de la Bosnie-Herzégovine (Xavier Bougarel), de l’Albanie, du Kosovo et de la Macédoine (Nathalie Clayer), ou encore de la Bulgarie (Nadège Ragaru), les tableaux par pays sont exhaustifs, tandis que Ferhat Kentel revient sur « les Balkans et la crise de l’identité nationale turque » et Jérome Bellion-Jourdan sur « les réseaux transnationaux islamiques en Bosnie-Herzégovine ».