Serbie : ces violences nationalistes qui restent impunies

| |

Un an et demi après les violences qui avaient éclaté contre des commerces albanais de Voïvodine, suite au match interrompu entre la Serbie et l’Albanie à Belgrade, seule une affaire a été jugée. La majorité des auteurs de ces dégradations n’ont jamais été arrêtés. Les juges de Serbie redouteraient-ils de s’attaquer à ces dossiers ?

Par Norbert Šinković Après le match de football entre la Serbie et l’Albanie, qui avait dû être interrompu le 14 octobre 2014, plusieurs commerces et restaurants dont les propriétaires étaient en général Albanais avaient été détruits, dans toute la Voïvodine. Ces attaques avaient pris pour cible cinq commerces de Novi Sad, trois boulangeries de Vršac, un commerce à Stara Pazova, un à Bečej et un à Sombor, ainsi que la mosquée de Subotica. Quelques jours après ces violences, le ministre de l’Intérieur, Nebojša Stefanović, avait déclaré que la police avait « fait la lumière ou n’allait pas tarder à la faire » sur ces actes de vandalisme. Selon (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous