Danas

Vesna Pešić : l’autodestruction de la Serbie libérale et démocrate

| |

Que peut faire aujourd’hui la Serbie « citoyenne » des années 1990, qui a combattu la guerre, le nationalisme et le régime de Milošević ? Doit-elle soutenir la lutte anti-corruption de l’actuel gouvernement serbe, alors que les idéaux qu’elle défendait ont été trahis par l’affairisme du Parti démocratique (DS) ? Vesna Pešić, figure historique de la résistance civile serbe, analyse les causes d’un échec politique collectif.

Propos recueillis par Slobodan Kostić Danas (D.) : Comment expliquer la crise profonde que connaissent les partis citoyens en Serbie ? Vesna Pešić (V.P.) : Il y a trois raisons principales. Nous avons tout d’abord une loi sur les privatisations très mauvaise. Elle n’a pas été respectée et son détournement a donné lieu à des pillages, a encouragé la criminalité, a mené à la corruption, au népotisme, à la recherche effrénée de l’argent facile. Les privatisations ont produit un nouveau cataclysme au sein de l’économie et de la société, en jetant à la rue des milliers de personnes appauvries et marginalisées, tandis que les partis liés à l’État et de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous