Tous les Balkans ont besoin de justice

Il suffit de se replacer quelques années en arrière : en 1993 ou en 1994,
bien nombreux étaient ceux qui espéraient et pas seulement en
Bosnie-Herzégovine - qu’un jour Slobodan Milosevic doive répondre de sa
politique devant un tribunal international. Cette hypothèse semblait
pourtant totalement irréalisable.

Ce 12 février commence pourtant un procès historique : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, un chef d’Etat va être jugé par une Cour internationale pour répondre des crimes que son régime a commis ou inspirés. Hitler s’est suicidé avant d’être arrêté, et la Cour de La Haye n’est pas le Tribunal de Nuremberg. En 1945, les vainqueurs jugeaient les vaincus. Dans les guerres qui ont ensanglanté les Balkans au cours de la dernière décennie, il n’y a assurément ni vainqueurs ni vaincus, et le Tribunal pénal international n’entend pas être une justice de guerre, mais pourrait constituer les prémices d’une juridiction internationale permanente. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous