Le Courrier de la Serbie

Sur les rails : « L’Orient quoi ? Ah, l’Orient-Express »

| |

Lors de son lancement à la fin du XIXe siècle, l’Orient express était un train dont le luxe émerveillait le monde. À peine plus d’un siècle après, c’est une locomotive et des wagons décatis, au charme désuet, qui transportent les quelques voyageurs qui veulent rejoindre Thessalonique, Sofia ou Istanbul par le rail. Récit d’un voyage en Serbie, entre Belgrade et Dimitrovgrad, à la frontière avec la Bulgarie.

Par Philippe Bertinchamps Photos : Marija Janković. Cet article a été réalisé avec le soutien de la Compagnie des chemins de fer de Serbie Les chemins de fer balkaniques ont lancé un Balkan Flexipass qui permet de voyager 5, 10 ou 15 jours sur une durée d’un mois dans plusieurs pays des Balkans : Bulgarie, Grèce, Macédoine, Monténégro, Roumanie, Serbie et Turquie. « Ah ! Comme ça, vous allez prendre l’Orient-Express », s’exclame Tomislav Nikolijević. D’un rayon de la bibliothèque de son bureau encombré au sous-sol du siège de la Železnice Srbije (ŽS), la Compagnie des chemins de fer de Serbie, l’archiviste extrait un volumineux ouvrage en allemand. « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous