De Milošević à Ivica Dačić, les montagnes russes du Parti socialiste de Serbie

| |

Après la révolution du 5 octobre 2000, toute la Serbie s’attendait à la fin du Parti socialiste, la formation créée une décennie plus tôt par Slobodan Milošević sur les cendres de la Ligue des communistes de Serbie. Mais aujourd’hui, le SPS est redevenu le 2e parti du pays, et son chef, Ivica Dačić, est vice-Premier ministre. Retour sur un quart de siècle d’histoire mouvementée, faite de hauts, de bas, de morts, de trahisons et de retours en grâce.

Par Nenad Glišić Fin 2000, après la chute de Milošević, l’avenir du Parti socialiste de Serbie (SPS) s’annonçait pour le moins tumultueux. La formation issue de la Ligue des communistes de Serbie était jusque là restée dans l’ombre de son fondateur et chef incontesté, et la fin de l’un semblait signifier la disparition de l’autre. D’autre part, le fait que le SPS n’ait pas été interdit dès le 6 octobre (ce qui n’aurait à l’époque étonné personne) semblait découler de la stratégie de l’Opposition démocratique de Serbie (DOS), la coalition toute juste arrivée au pouvoir, qui souhaitait s’assurer une opposition ne représentant aucune menace. Une décennie (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous