Sevdah : Božo Vrećo, le délicat « Conchita Wurtz » de Bosnie-Herzégovine

| |

Yeux charbonneux, robes à dos nu et barbe bien taillée. Le jeune chanteur Božo Vrećo détonne dans le monde calfeutré du sevdah avec son esthétique transgenre. Ce Bosnien convaincu n’a qu’un seul mot d’ordre : faire bouger les lignes. Un sacerdoce qui séduit les Balkans, au-delà des différences. Portrait sensible.

Par Simon Rico « Quand j’étais petit, je prenais les ceintures de ma mère, j’y attachais quelques foulards piqués à ma sœur et je voltigeais ainsi en jouant d’un vieux tambour tzigane. » Pour Božo Vrećo, le travestissement a toujours fait partie de son quotidien. Alors quand le metteur en scène serbe Kokan Mladenović lui a proposé le rôle de Koštana, cette Carmen balkanique, cette gitane libre qui donne son titre au chef-d’œuvre du dramaturge Borisav Stanković (1902), il a immédiatement accepté. « C’est comme si j’avais toujours su que j’aurai un jour à jouer ce rôle et que quelqu’un finirait bien par retrouver Koštana en moi. Koštana et moi nous (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous