Serbie : Vučić passe au détecteur de mensonges pour mieux attaquer les médias

| | |

La Serbie était-elle menacée par un « coup d’Etat » ? Dimanche, le ministre de l’Intérieur a fait une conférence de presse encadré par des policiers lourdement armés, tandis que le Premier ministre se soumettait au « détecteur de mensonges »... Derrière cette mise en scène, de nouvelles attaques contre Kurir, le tabloïd populaire traditionnellement à la botte du gouvernement, désormais dans le viseur du pouvoir.

Par Philippe Bertinchamps La mise en scène a de quoi surprendre. Dimanche 29 novembre, dans la grande salle du Palais de Serbie, à Novi Beograd, une vingtaine de membres des unités antiterroristes de la police en armes et en treillis, certains en cagoules, sont alignés. Une conférence de presse a été convoquée en urgence. Le ministre de l’Intérieur, Nebojša Stefanović, apparaît, la mine résolue, la démarche martiale. L’heure est grave. Quelques heures plus tôt, le Premier ministre Aleksandar Vučić, mis en cause dans une affaire de chantage par l’ancien directeur du tabloïd Kurir, s’est soumis « de son propre chef » à un détecteur de mensonges. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous