Serbie-UE : un petit pas en avant, deux grands pas en arrière

| |

Le chef de la délégation de l’Union européenne en Serbie, Michael Davenport, a rendu un rapport au Groupe de travail sur l’élargissement de l’UE. Selon lui, le pays a pris du retard dans la mise en œuvre des réformes indispensable à l’adhésion.

Par Nemanja Rujević " title="© Tanjug" /> « La Serbie dans l’Union européenne – ce n’est plus un rêve lointain », déclarait Michael Davenport, le chef de la délégation de l’UE en Serbie, au début du mois de septembre, à l’occasion de la célébration des quinze ans de « partenariat » entre l’UE et de la Serbie. Les mots étaient appropriés à la situation, agrémentés de messages de réconciliation pour tous les pays de la région et de compliments sur la collaboration sans faille de l’UE avec le pouvoir actuel à Belgrade. Mais quelques semaines après, ce même Davenport arrivait face aux membres du Groupe de travail pour l’élargissement de l’UE qui se (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous