Serbie : la faillite du système bancaire, ou le libéralisme des usuriers

| |

Des particuliers pris au piège du surendettement, des entreprises locales écrasées par des taux d’intérêts bien plus élevés qu’en Occident et un système bancaire détenu à 75% par des capitaux étrangers.... Tel est le bilan de 15 ans de politiques néo-libérales menées en Serbie. Décryptage.

Par Vladimir Vasić C’était une première en Serbie : dans la fameuse affaire des crédits en francs suisses, une Cour d’appel a récemment rendu un verdict sur une rupture de contrat à l’avantage du client. Les milliers de titulaires de ces emprunts ont à peine eu le temps de se réjouir que la douche froide est arrivée : Dragiša Slijepčević, membre du Conseil constitutionnel, a décrété que rien n’était encore définitif, et que l’institution qu’il représentait n’allait « certainement pas protéger les consommateurs », prouvant une fois de plus que l’État « de droit » en transition, contrairement à ce qui est inscrit dans sa Constitution, ne protège pas ses (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous