Serbie : les néo-nazis, des marionnettes pour faire peur ? (2/2)

| |

Traversée par de multiples divisions idéologiques, l’extrême-droite serbe est un chiffon brun régulièrement agité par le pouvoir. Représente-t-elle un vraie danger ou est-ce une menace habilement contrôlée par les services secrets ? Le second volet de l’enquête de Bilten au cœur des mouvances néo-nazies de Serbie.

Retrouvez le premier volet de l’enquête : Les néo-nazis, l’indélébile tache brune de la Serbie (1/2) Par Tadej Kurepa Fin 2007, un certain nombre de membres de Nacionalni Stroj créént le « Nouveau programme serbe » (NSP) dont le secrétaire général n’est autre que Goran Davidović dit le Führer, tout juste condamné à un an de prison ferme pour incitation à la haine raciale. Très vite, Nacionalni stroj publie un communiqué sur son site où l’organisation dément tout lien avec Goran Davidović, qui ne serait donc pas le chef du mouvement car Nacionali Stroj est « un mouvement de résistance sans guide ». Nacionalni stroj coupe dès lors les ponts avec (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous