Serbie : « le porte monnaie en Occident, mais le cœur en Russie »

| |

La Serbie louvoie depuis 2012, depuis l’arrivée au pouvoir du Parti progressiste d’Aleksandar Vučić et Tomislav Nikolić, entre l’intégration à l’Union européenne et le rapprochement avec Moscou. D’ailleurs, près de 95% des Serbes pensent aujourd’hui que leur pays doit entretenir des liens solides avec Moscou. Mais la Serbie est-elle vraiment prête à lâcher l’UE ? Et quel en serait le prix ? Débat au micro d’Omer Karabeg.

Propos recueillis par Omer Karabeg Dragan Popović est le directeur du Policy center de Belgrade. Bojan Al Pinto Brkić est membre du Forum serbe pour les relations internationales. Omer Karabeg (O.K.) : Il règne en Serbie un fort sentiment pro-russe. Selon les sondages d’opinion, Vladimir Poutine serait même plus populaire que les dirigeants locaux. Près de 72 % de la population lui sont favorable et 94 % pensent qu’il serait dans l’intérêt de la Serbie d’entretenir des liens solides avec la Russie. Dans quelle mesure ce paramètre influence-t-il la politique du gouvernement serbe ? Dragan Popović (D.P.) : Si cela peut jouer un rôle, il (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous