Bosnie-Herzégovine : la grande déprime des Serbes de Sarajevo

| |

Plus de deux décennies après la fin de la guerre, la situation des Serbes de Sarajevo est toujours critique. Ces derniers subissent toutes sortes d’insultes et de discriminations, et restent politiquement marginalisés. En conséquence, beaucoup cherchent à quitter la capitale bosnienne.

Par Dženana Halimović La situation des Serbes de Sarajevo n’est guère enviable. En Republika Srspka, beaucoup les considèrent comme des traîtres et ils sont communément appelés les « Serbes d’Alija » (Alija Izetbegović, le premier Président de Bosnie-herzégovine, NdT). En Fédération, on attend perpétuellement d’eux qu’ils prouvent leur loyauté, sans pour autant essayer de régler leurs problèmes. « À cet endroit, dans la nuit du 25 au 26 août 1992, des criminels serbes ont incendié la bibliothèque nationale de Bosnie-Herzégovine », peut-on lire sur une plaque commémorative installée sur le bâtiment rénové, à Sarajevo. Un exemple parmi tant d’autres (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous