Les Nouvelles de Roumanie

Roumanie : la génération perdue des jeunes de la « transition »

|

Le 25e anniversaire du soulèvement des ouvriers de Braşov, annonciateur de la « Révolution » de décembre 1989, est passé presque inaperçu, alors que la réalité sociale de la Roumanie d’aujourd’hui aurait dû amplifier la symbolique de cette célébration. Beaucoup de raisons expliquent ce manque d’intérêt pour l’un des moments les plus importants de l’histoire récente. Mais cet oubli quasi-total est révélateur de la direction prise par la société roumaine. Le point de vue du politologue Alexandru Gussi.

Par Alexandru Gussi (article publié à l’origine dans Revista 22) Les 25 ans d’un soulèvement ouvrier contre le régime de Ceausescu, le 14 novembre 1987, après quoi 300 manifestants furent arrêtés, aurait été une bonne occasion pour une action de la part des syndicats. Mais ces derniers, une fois de plus, se sont montrés indifférents et sensibles à d’autres intérêts que ceux des « salariés ». Les autorités de Bucarest ont elles aussi ignoré l’événement alors qu’elles avaient marqué le coup il y a 5 ans (pour le 20ème anniversaire) et qu’elles ont montré un intérêt soudain pour l’histoire du pays en célébrant, il y a quelques semaines, l’anniversaire du roi (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous