Roumanie : la coûteuse rente des « révolutionnaires » de 1989

|

Depuis 1990, le certificat de « révolutionnaires » a coûté près d’un milliard d’euros à l’État roumain. Jusqu’à 30.000 personnes ont bénéficié du document « certifiant » de leur héroïsme lors de la chute de Nicolae Ceaușescu - un bout de papier qui s’achetait 2.000 dollars au début des années 2000. Aucun gouvernement n’a réussi à remettre en cause cette couteuse rente, malgré les objurgation du FMI et de l’Union européenne...

Un an après la chute du communisme, le Parlement roumain votait une loi accordant aux blessés de la « révolution » une indemnité mensuelle d’un montant allant de 30 à 160% du salaire moyen brut de l’époque. Par ailleurs, les familles des victimes recevaient, en un seul versement, 60.000 lei, soit douze mois de salaire moyen de l’époque, et celles des blessés 40.000 lei (neuf mois de salaire). En outre, les personnes concernées disposaient d’une priorité pour louer ou acheter des maisons restituées par l’Etat après avoir été nationalisés sous le régime précédent ; elles bénéficiaient de la gratuité de l’acquisition des lieux d’inhumation, des traitements (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous