Moldavie : après l’élection d’Igor Dodon, un pays plus divisé que jamais

| |

Le 13 novembre, Igor Dodon, « le Donald Trump moldave », a été élu président face à la libérale Maia Sandu. Leur affrontement a, plus que jamais, révélé la division profonde de la Moldavie en deux camps irréconciliables, l’un pro-Moscou, l’autre pro-Bruxelles. Quel avenir pour le pays, sous la coupe de l’Église et des oligarques ? Analyse.

Par Petru Negură Igor Dodon et Maia Sandu, Les deux candidats qui se sont affrontés au second tour de la présidentielle du 13 novembre, ont tous deux bénéficié de moyens importants, mais bien différents. Le premier disposait de beaucoup d’argent (d’origine douteuse) et du soutien des chaînes télévisées de l’oligarque Vlad Plahotniuc, chef du Parti démocrate (PD), ainsi que de celui de certains membres du clergé, dont « l’éthique » n’est plus à présenter. L’autre a joui du soutien massif d’une partie de la population qui s’est auto-mobilisée pour la promouvoir par ses propres moyens : expertise de spécialistes en investigation et communication et, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous